Voyage agra
Agra est la ville indienne la plus touristique. Et pour cause ! Le Taj Mahal est un monument magnifique. Nous avons beau l'avoir vu maintes fois sur des photos de cartes postales ou de magazines, entrer à l'intérieur de l'enceinte et contempler le palais de marbre blanc pour la première fois est un moment extraordinaire. Si certaines riches personnes ne font qu'un saut rapide de quelques jours en Inde, elles passent assurément par Agra. Notre chauffeur transporte quelques fois des japonais qui viennent pour un week-end allongé... La visite de la ville passe habituellement aussi par le formidable Fort Rouge non loin du Taj. La visite du Baby Taj a un intérêt restreint, peut-être l'histoire de se préparer à la visite du véritable Taj... Sikandra, à la périphérie de la ville, est un mausolée impressionant qui abrite les cendres d'Akbar. Plus loin, Fatehpur Sikri réserve une surprise à 40 km de la ville. Seul Akbar a habité ce Palais légèrement baroque qu'il a lui-même construit. La puissance d'Akbar, l'importance du Palais et sa position par rapport à Agra en font un semblant de Versailles indien.

Taj Mahal
Le Taj Mahal est l'enfant d'une émouvante histoire d'amour. Shah Jahan, le petit-fils d'Akbar, était fou amoureux de sa muse, Mumtaz Mahal. Celle-ci mourut de manière précoce et Shah Jahan ne s'en remit que difficilement. Il résolut de construire un palais magnigique à l'image de sa compagne. Selon la légende, il se serait adressé à un architecte perse connu pour être le meilleur du monde. Afin de lui faire ressentir le même chagrin et de lui faire entrevoir la juste vision du palais à construire, l'empereur tua sa fiancée. Manifestement, en contemplant le Taj, nous sommes tentés de reconnaître que l'horrible stratagème a fonctionné... Le Taj a été construit de 1631 à 1653. Après ces 22 années de dur labeur, Shah Jahan aurait coupé les mains de son architecte afin qu'il ne puisse reproduire un palais semblable. Le chagrin du sultan l'a manifestement rendu au plus extrème égoïsme.

Taj Mahal
Le résultat est un chef-d'oeuvre extraordinaire. Le mur d'enceinte ne laisse rien paraître au-dehors. Le quartier qui l'entoure est d'ailleurs un quartier de vieille ville assez banal et n'est pas soigné. Par conséquent, l'entrée sur la surface intérieure du Taj lève brusquement le voile sur la splendeur du monument situé au fond d'un jardin aux formes géométriques sobres mais parfaites. Un petit canal court de l'entrée au mausolée de marbre blanc. Le jardin est entouré d'une enceinte de grès rouge aux portes relativement simples. Le mausolée est défendu de quatre minarets blancs le surplombant. Une mosquée de grès rouge et sa réplique sont construits dos à l'enceinte de part et d'autre du mausolée. Le mausolée lui-même est de style moghol classique avec des formes géométriques simples, de nombreuses sculptures figurant des fleurs, l'inscription de versets du coran et quelques motifs incrustés de pierres semi-précieuses. La symétrie de l'édifice entier, avec la tombe de la muse pour centre, est légèrement cassée par la tombe de Shah Jahan placé à côté du tombeau central. Remarquer que le souverain n'a pas évité la construction d'une tombe plus importante que celui de sa muse. L'intérieur est tapissé de motifs floraux incrustés de pierres semi-précieuses.

Fort Rouge
Le Fort Rouge est un palais ipressionnant formant une forteresse puissante. Quatre générations d'empereurs moghols célèbres ont oeuvrés pour ce monument. L'ensemble fut développé sur près d'un siècle. Akar commença sa construction, Jahangir construisit un palais attenant, Shah Jahan remit à plat certaines constructions d'Akbar pour faire place à de nombreux édifices que l'on visite aujourd'hui. Aurangzeb continua cette oeuvre. D'une cruauté sans pareil (peut-être que son père lui a montré la voie), Aurangzeb prit le pouvoir du vivant de son père et enferma celui-ci dans sa résidence aux balcons donnant sur le Taj Mahal. Shah Jahan a donc fini sa vie en contemplant le tombeau de sa femme tant aimée.

Porte Sud - Sikhandra
Deux autres monuments sont à ne pas manquer si l'on veut cerner la provenance de l'architecture du Taj. Le Baby Taj est un précurseur. Construit en 1628, ce magnifique petit édifice abrite la tombe du père de la muse de Jahangir. L'édifice n'est pas aussi grand que le Taj mais montre une architecture et un décor semblable. Les motifs floraux incrustés de pierres semi-précieuses rappellent ceux du Taj. A la périphérie d'Agra, Sikandra présente un jardin immense entourée d'une enceinte de grès rouge à quatre portes monumentales. La porte Sud est la plus impressionnante avec ses 4 minarets blancs partant des quatres coins du toit de cet édifice de grès rouge.Au centre de ces quatres portes construites selon les 4 points cardinaux, un immense édifice symmétrique de grès rouge abrite la tombe du célèbre Akbar.

Nous comprenons alors rapidement que le Taj tient son originalité d'une combinaison de différents traits architecturaux typiquement moghols. Les édifices de marbre blanc ou de grès rouge sont la règle au Radjasthan. Les motifs floraux est un trait de l'art musulman. L'incrustration de pierres semi-précieuses se voit déjà dans le Fort Rouge et dans le Baby Taj. Les tombeaux impériaux sont toujours de grands édifices au milieu d'un magnifique jardin parcouru de petits canaux menant aux portes-mosquées de grès rouge. L'idée des quatre minarets blanc se retrouve notamment à Sikhandra. L'édifice le plus ressemblant aux formes du Taj est certainement la Tombe d'Humayun à Delhi. Les formes rappellent étrangement celles du Taj mais la construction est en grès rouge.

A quarante kilomètres de la ville d'Agra, Fatehpur Sikri fait souvent partie de la visite de la ville. La visite du palais lui-même est plutôt décevante, on ne retrouve pas la magnificence des palais à l'intérieur du Fort Rouge. Seule la visite de la Grande Mosquée attenante (seule visite gratuite) réserve un effet "whaow". La porte principale, la Porte Sublime est gigantesque. La surface intérieure de la mosquée pouvait contenir la ferveur de plus de 10000 croyants.